La smart-city : une révolution des modes de vie urbains

La smart-city : une révolution des modes de vie urbains

Résultat de recherche d'images pour "smart city"

La smartcity : une révolution des modes de vie urbains

Perspectives

  • L’humanité devrait compter au moins 9 milliards de personnes d’ici 2050 dont la majorité seront dans des villes. Ces cités devront être intelligentes et écologiques pour répondre aux besoins en énergie et en eau en plein changement climatique. La smart-city : une vraie révolution des modes de vie urbains.

 

Article :

Les objets connectés connaissent une évolution très rapide et permettront à moyen terme de changer radicalement les vie en ville.

la ville a une image globalement négative. « Les nuisances, le bruit, la pollution, la promiscuité, la fatigue, la cherté, l’emportent sur le versant positif, à savoir l’effervescence, la culture… », résume Philippe Moati,

L’humanité devrait compter au moins 9 milliards de personnes d’ici 2050 dont la majorité seront dans des villes. Ces cités devront être intelligentes et écologiques pour répondre aux besoins en énergie et en eau en plein changement climatique.

Ces villes intelligentes sont en cours de développement et Bill Gates veut catalyser celui-ci. Il vient d’acquérir des terrains en Arizona afin de construire Belmont, une smart city laboratoire.

Innovation des pôles d’activité, urbanisation croissante, problématique énergétique et environnementale, évolutions des modes de vie… les villes passent par la mise à disposition de services de haute qualité qui, indirectement, nécessitent la mise en oeuvre de nouvelles technologies.

La dynamique actuelle est extrêmement forte. Les villes intelligentes (Smart Cities) doivent intégrer l’intelligence de systèmes embarqués capables de collecter et de communiquer avec de multiples systèmes, sur le terrain ou hébergés dans le Cloud.

La ville de demain s’organise autour de plusieurs axes : enjeux environnementaux et contraintes énergétiques, meilleure collaboration entre les citoyens, les collectivités et les opérateurs de la ville, développement de modèles économiques orientés sur les usages et intégration du numérique dans la ville.

 

Rendre le bâtiment intelligent par la géolocalisation

Wyres est une solution de géolocalisation, basée sur le réseau LoRa, permettant de répérer la position des équipements et des hommes.

Avec une offre de géolocalisation respectant les certifications ISO 50001, HQE et autres liées au bâtiment du futur, vous vous assurez de mieux comprendre le bâtiment en le rendant intelligent par un système de gestion autonome permettent de réduire les coûts d’énergie et d’apporter un plus grand confort de vie. Vous assurez également la sécurité des personnes en assurant une haute protection des données, des biens et des personnes.

 

L’accès rapide aux données de la ville

GravityBOX a été conçu pour collecter, archiver et partagr les données provenant de multiples capteurs et sources (équipements communicants, objets connectés…).

GravityBOX offre une solution, intégrée sur site, flexible et évolutive pour accompagner les acteurs du Smart Cities vers leurs enjeux opérationnels du quotidien, grâce à un accès rapide aux données depuis une interface web.

Avec GravityBOX, vous transformez les données vitales de vos infrastructures en source de création de valeur (gestion d’énergie, maintenance, optimisation des flux…).

infrastructures

Quel que soit le type d’infrastructure (Aéroport, Tunnel, Autoroutes, Ponts, Rivières…), les villes ont le devoir de garantir la sécurité des citoyens et donc de surveiller les infrastructures qui nous entourent.

Depuis près de 30 ans, FACTORY SYSTEMES propose des solutions de matériels et de logiciels permettant d’assurer une surveillance accrue et en temps-réel des infrastructures. Grâce à des solutions flexibles et évolutives, les utilisateurs des produits de FACTORY SYSTEMES ont pu déployer avec succès des moyens de surveillance de leurs installations, réparties parfois sur un territoire géographique très distant (France, Europe…).

Les logiciels de supervision Wonderware équipent aujourd’hui de nombreuses infrastructures en France. Ils permettent aux exploitants et techniciens de maintenance d’anticiper certaines problématiques et de réagir plus vite en cas d’anomalie. Grâce à des outils d’aide à l’exploitation, comme UReason ou Avantis PRISM, nos clients vont plus loin dans l’exploitation active de leurs installations. Ils pourront par exemple prévoir une panne ou avertir un opérateur d’un problème à venir, en pointant exactement sur la source de l’anomalie.

Des moyens très performants de transformer la gestion des villes en apportant des concepts concrets, tel que le Machine Learning !

smart city : une révolution des modes de vie urbains

smart city : une révolution des modes de vie urbains

Perspectives

 

  • L’humanité devrait compter au moins 9 milliards de personnes d’ici 2050 dont la majorité seront dans des villes. Ces cités devront être intelligentes et écologiques pour répondre aux besoins en énergie et en eau en plein changement climatique.

intro

 

Les objets connectés connaissent une évolution très rapide et permettront à moyen terme de changer radicalement les vie en ville.

la ville a une image globalement négative. « Les nuisances, le bruit, la pollution, la promiscuité, la fatigue, la cherté, l’emportent sur le versant positif, à savoir l’effervescence, la culture… », résume Philippe Moati,

L’humanité devrait compter au moins 9 milliards de personnes d’ici 2050 dont la majorité seront dans des villes. Ces cités devront être intelligentes et écologiques pour répondre aux besoins en énergie et en eau en plein changement climatique.

Ces villes intelligentes sont en cours de développement et Bill Gates veut catalyser celui-ci. Il vient d’acquérir des terrains en Arizona afin de construire Belmont, une smart city laboratoire.

Innovation des pôles d’activité, urbanisation croissante, problématique énergétique et environnementale, évolutions des modes de vie… les villes passent par la mise à disposition de services de haute qualité qui, indirectement, nécessitent la mise en oeuvre de nouvelles technologies.

La dynamique actuelle est extrêmement forte. Les villes intelligentes (Smart Cities) doivent intégrer l’intelligence de systèmes embarqués capables de collecter et de communiquer avec de multiples systèmes, sur le terrain ou hébergés dans le Cloud.

La ville de demain s’organise autour de plusieurs axes : enjeux environnementaux et contraintes énergétiques, meilleure collaboration entre les citoyens, les collectivités et les opérateurs de la ville, développement de modèles économiques orientés sur les usages et intégration du numérique dans la ville.

Rendre le bâtiment intelligent par la géolocalisation

Wyres est une solution de géolocalisation, basée sur le réseau LoRa, permettant de répérer la position des équipements et des hommes.

Avec une offre de géolocalisation respectant les certifications ISO 50001, HQE et autres liées au bâtiment du futur, vous vous assurez de mieux comprendre le bâtiment en le rendant intelligent par un système de gestion autonome permettent de réduire les coûts d’énergie et d’apporter un plus grand confort de vie. Vous assurez également la sécurité des personnes en assurant une haute protection des données, des biens et des personnes.

 

L’accès rapide aux données de la ville

GravityBOX a été conçu pour collecter, archiver et partagr les données provenant de multiples capteurs et sources (équipements communicants, objets connectés…).

GravityBOX offre une solution, intégrée sur site, flexible et évolutive pour accompagner les acteurs du Smart Cities vers leurs enjeux opérationnels du quotidien, grâce à un accès rapide aux données depuis une interface web.

Avec GravityBOX, vous transformez les données vitales de vos infrastructures en source de création de valeur (gestion d’énergie, maintenance, optimisation des flux…).

infrastructures

Quel que soit le type d’infrastructure (Aéroport, Tunnel, Autoroutes, Ponts, Rivières…), les villes ont le devoir de garantir la sécurité des citoyens et donc de surveiller les infrastructures qui nous entourent.

Depuis près de 30 ans, FACTORY SYSTEMES propose des solutions de matériels et de logiciels permettant d’assurer une surveillance accrue et en temps-réel des infrastructures. Grâce à des solutions flexibles et évolutives, les utilisateurs des produits de FACTORY SYSTEMES ont pu déployer avec succès des moyens de surveillance de leurs installations, réparties parfois sur un territoire géographique très distant (France, Europe…).

Les logiciels de supervision Wonderware équipent aujourd’hui de nombreuses infrastructures en France. Ils permettent aux exploitants et techniciens de maintenance d’anticiper certaines problématiques et de réagir plus vite en cas d’anomalie. Grâce à des outils d’aide à l’exploitation, comme UReason ou Avantis PRISM, nos clients vont plus loin dans l’exploitation active de leurs installations. Ils pourront par exemple prévoir une panne ou avertir un opérateur d’un problème à venir, en pointant exactement sur la source de l’anomalie.

Des moyens très performants de transformer la gestion des villes en apportant des concepts concrets, tel que le Machine Learning !

 

 

Article Valerie

Cryptomonnaies, Crowdfunding, gratuité, troc  : comment la nouvelle  économie change-t-elle la donne ?

 

http://www.gouvernement.fr/ministre/mounir-mahjoubi

 

http://www.education.gouv.fr/

(Crédits : Reuters) Peut-on réguler – et taxer – les relations entre les plateformes et les internautes, en particulier l’accord tacite qui conduit l’internaute à fournir gratuitement ses données personnelles ? Par Francis Bloch, Paris School of Economics – École d’économie de Paris et Gabrielle Demange, Paris School of Economics – École d’économie de Paris

L’accélération de la baisse des coûts de collecte et de stockage des données liée au développement des technologies de l’information a transformé les business models des secteurs de la publicité et du commerce.

Un accord tacite et opaque

Les plateformes de vente peuvent désormais utiliser des bases de données détaillées des historiques de ventes afin de mieux cerner les utilisateurs et de pratiquer une tarification dynamique ciblée. Dans le même temps, d’autres plateformes, comme les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux, utilisent les données issues des recherches spontanées effectuées par les internautes. Elles peuvent les vendre à des annonceurs publicitaires, procurant ainsi un revenu instantané, ou à des intermédiaires qui les compilent et affinent de futurs ciblages publicitaires.

Le plus souvent, une sorte d’accord tacite et opaque lie les plateformes Internet et leurs utilisateurs dans lequel un service ayant une valeur ajoutée pour l’utilisateur (propositions de produits, annonces ciblées, recherches par mots-clés, accès à des réseaux d’amis…) est fournie gratuitement en échange de la collecte de ses données.

Peut-on améliorer cet accord tacite par des instruments de régulation, et en particulier par modalités de taxation ?

Modéliser les comportements

Pour apporter des éléments de réponse à cette question, nous nous sommes appuyés sur une modélisation des comportements des acteurs -utilisateurs et plateforme en situation de monopole. Nous distinguons les revenus provenant d’une utilisation ponctuelle des données (comme les enchères basées sur les recherches par mots-clés) de ceux provenant de l’exploitation des données (stockées et revendues notamment à des intermédiaires).

Cette exploitation nécessite une perte de confidentialité et de contrôle pour l’internaute, qui subit ainsi un « coût psychologique », variable selon chacun. La plateforme s’engage à pratiquer un degré d’exploitation des données et les consommateurs décident d’accéder ou non à la plateforme. Celle-ci cherche ainsi à équilibrer deux effets car une hausse d’exploitation des données par utilisateur peut dissuader l’accès des utilisateurs sensibles à la perte de confidentialité.

Dans ce cadre, sous les conditions les plus vraisemblables, le niveau d’exploitation des données choisi par la plateforme est excessif par rapport à celui préféré par les utilisateurs.

Différentes modalités de taxation sur la collecte de données peuvent être envisagées afin de corriger cet excès. Dans une économie à coût marginal nul, une taxe sur les bénéfices n’affecte pas le choix de la plateforme. Une taxe payée par la plateforme pour chaque utilisateur réduit le profit réalisé sur tout utilisateur marginal accédant à la plateforme, et ne peut que conduire à une augmentation de l’exploitation des données.

Une taxe spécifique payée par les utilisateurs – par exemple une taxe sur les fournisseurs de services Internet – se traduit par une réduction de la satisfaction des utilisateurs. Le seul outil fiscal permettant de corriger une collecte excessive de données est une taxe différenciée sur les revenus provenant d’une utilisation ponctuelle des données de ceux provenant d’autre part de leur exploitation.

Si par exemple les autorités fixent un niveau d’imposition plus élevé sur la revente de données que sur les recettes d’enchères, ces impôts dissuadent la plateforme d’exploiter les données collectées, jouant le rôle classique d’une taxe dite pigouvienne correctrice des externalités.

Option de désactivation

Enfin, nous avons voulu nous intéresser à l’effet d’une option gratuite de désactivation permettant aux utilisateurs d’accéder à la plateforme sans l’exploitation de leurs données. Sous ce scénario, tout utilisateur accède à la plateforme et le marché est segmenté en deux groupes, ceux qui choisissent l’option et sur lesquels la plateforme perçoit seulement les revenus provenant de l’utilisation ponctuelle et les autres, dont les données sont aussi exploitées. Ces derniers étant a priori moins sensibles à la perte de confidentialité, la plateforme est incitée à augmenter d’exploitation de leurs données. In fine, l’introduction de l’option de désactivation de la collecte diminue le bénéfice de la plateforme, mais, de façon plus surprenante, peut aussi léser les utilisateurs du fait de l’augmentation de l’exploitation sur certains.

_________

Par Francis Bloch, Professeur Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Membre associé à PSE, Paris School of Economics – École d’économie de Paris et Gabrielle Demange, Chaire associée, PSE, Directeur d’études EHESS, Paris School of Economics – École d’économie de Paris

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

 

Auteurs : VC

 

Le bitcoin poursuit sa folle ascension. La célèbre monnaie virtuelle a franchi dimanche le seuil historique des 8.000 dollars pour la première fois depuis sa création en 2009. La célèbre cryptomonnaie valait 8.036,08 dollars – après être monté en début d’échanges asiatiques à 8.098,74 dollars – contre 7.686,34 dollars, vendredi. Le cours du bitcoin a été porté récemment par des spéculations sur le fait que la la création d’une nouvelle branche dans le logiciel de la crypto-monnaie (« fork »), initialement programmée pour le 16 novembre puis annulée, puisse finalement avoir lieu.

Sou

Les objets connectés

Les objets connectés

Lien vers le document partagé

Ressources

  • Dossier : les objets connectés, BPI France

www.bpifrance.fr/A-la-une/Dossiers/Les-objets-connectes

 

  • Des hackers lèvent une armée d’objets connectés pour une cyberattaque mondiale

https://www.capital.fr/entreprises-marches/des-hackers-levent-une-armee-dobjets-connectes-pour-une-cyberattaque-mondiale-1254018

  • La smart city peine à séduire les français

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/11/16/les-francais-ne-sont-pas-seduits-par-la-smart-city_5215555_3234.html

  • Bill Gates veut contruire une « smart city »

http://www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-ville-intelligente-bill-gates-veut-construire-smart-city-61990/

  • Smart city : le numérique offre de nouveaux services à la ville

http://www.factorysystemes.fr/solutions/smart-cities/presentation.html

  • E-learning : enjeux économiques et sociétaux de l’Internet des Objets

http://www.bpifrance.fr/A-la-une/Dossiers/Les-objets-connectes/E-learning-enjeux-economiques-et-societaux-de-l-Internet-des-Objets-28438