1 Le fonctionnement d’internet et la sécurisation des données

1 Le fonctionnement d’internet et la sécurisation des données

Le fonctionnement d’internet

  • Infrastructures physiques
  • Protocoles et transfert d’info
  • Langages

L’évolution d’internet

Au cœur de la révolution numérique, Internet permet de stocker de grands volumes d’information, de la mettre à disposition de tous, d’être connecté en permanence au reste du monde. C’est aussi le terrain de jeu favori des acteurs de la nouvelle économie. Et les acteurs traditionnels sont contraints de s’adapter à ces nouvelles pratiques de communication, de consommation, et d’organisation du travail.

Le Web a évolué progressivement :

  • 1.0 : la mise en ligne des données et l’interconnexion possible sur Internet grâce aux liens hypertextes
  • 2.0 : c’est l’ère des réseaux sociaux, de la création des contenus partagés par tout un chacun. Il n’y a désormais plus de séparation entre le producteur et le consommateur d’information. De nouvelles problématiques apparaissent comme la maîtrise de la e-réputation, la fiabilité des données publiées sur le net.
  • 3.0 : il s’agit du Web sémantique. Les multiples données, les nombreuses traces que nous laissons sur le Web sont analysées pour permettre plus de personnalisation de la relation à l’internaute. L’analyse de ces énormes quantités de données s’appelle Big Data. Au-delà du service rendu à l’internaute, se pose de nouvelles problématiques de confidentialité des données personnelles, de manipulations possibles de l’information filtrée selon les centres d’intérêt supposés de l’internaute.

Sans tomber dans la surenchère du X.0 (4.0, 5.0, 6.0… où en sommes nous exactement ?), nous allons vers un Internet de l’intelligence artificielle, des « chatbots » capables de simuler une conversation « humaine ». C’est aussi l’Internet des algorithmes permettant prédire le comportement futur de l’internaute à partir de signaux faibles : l’internet prédictif. Ces évolutions proviennent de l’exploitation plus efficace du Big data et du développement de l’intelligence artificielle. Elles vont remettre en question un grand nombre de métiers…

Créer un site web : choix du nom de domaine

  1. Consultez les différentes extensions disponibles pour un nom de domaine
  2. Evaluez les risques du choix de nom de domaine, en consultant les deux sites ci-dessous (notez la similitude entre les deux)

http://tech-me-up.net/

http://tech.me-up.fr/

 Securité des données numériques les grands enjeux Discutons des grands enjeux !

  • Faut-il héberger ses données sur le « Cloud » ?
  • Comment assurer la confidentialité et la sécurité des données ?
  • Peut-on se protéger du piratage informatique ?

Pour aller plus loin :

  • Faut-il dire « numérique » ou « digital » ?, Les Echos

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-168726-transformation-digitale-ou-numerique-qui-dit-vrai-2079046.php

https://www.legavox.fr/blog/murielle-cahen/risque-confusion-entre-noms-domaine-23129.htm

http://www.huffingtonpost.fr/news/cyberattaque/

  • Cyberattaque au ransomware : comment se protéger du virus Wanna Cry (WannaCrypt) ?

https://www.blogdumoderateur.com/cyberattaque-ransomware-wannacry/

  • OVH noyé par une attaque Ddos sans précédent

http://www.zdnet.fr/actualites/ovh-noye-par-une-attaque-ddos-sans-precedent-39842490.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_%C3%A9v%C3%A9nements_impliquant_Anonymous

  • Les 10 plus grosses révélations de Wikileaks

https://www.lesechos.fr/04/10/2016/lesechos.fr/0211356677541_les-dix-plus-grosses-revelations-de-wikileaks.htm

  • Le Cloud-computing en réponse à 3 enjeux stratégiques des entreprises

http://blog.markess.com/wp-content/uploads/2016/10/Cloud-enjeux-strategiques-entreprises.png

  • Vidéo – Piratage informatique : Reportage Special Investigation : voir de 18’ à 24’.

https://www.youtube.com/watch?v=KYqYGpNM000

  • Vidéo – Protocole TLS  pour sécuriser la consultation de sites web

https://www.youtube.com/watch?v=_6ukY5p6vTY

 

 

 

 

2 Quand les frontières de l’organisation disparaissent…

2 Quand les frontières de l’organisation disparaissent…

L’usage d’internet et des nouveaux outils de travail collaboratifs ont pour effet de supprimer les frontières des organisations.

L’évolution du rapport au temps et du rapport au lieu

Equipés en permanence de notre Smartphone, nous pouvons accéder à Internet partout et n’importe quand. Cela engendre de nouveaux comportements : qui n’a jamais consulté son Smartphone rapidement arrêté un feu rouge ? Qui n’a pas envoyé de mail ou consulté les réseaux sociaux lorsqu’une pause de deux minutes se présente dans la journée ?  Le rapport aux de temps et donc fortement modifié, puisque le numérique envahit progressivement l’ensemble du temps libre. L’immédiateté devient la règle et la patience, une qualité rare…

Il est maintenant possible de s’informer, d’acheter, de travailler de n’importe où, pourvu que l’on ait une connexion suffisante.

Ce phénomène de connexion permanente conduit au décloisonnement entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Au bureau, on consulte Facebook en attendant qu’une réunion débute. Chez soi, le week-end, on consulte ses mails professionnels.

Les nomades du numérique et les tiers lieux

Ainsi, une nouvelle façon de travailler, voit le jour. L’activité professionnelle n’est plus spécifiquement liée au lieu de travail, le bureau, dans des créneaux horaires bien définis, et avec un statut de salarié. Se développe le travail à domicile, les espaces de co-working où se réunissent les travailleurs indépendants « free-lance » de la nouvelle économie.

Tiers-lieu : cafetaria d'Euratechnologies à Lille

Apparaissent ainsi les tiers-lieux, à mi-chemin entre le domicile et le bureau.

Ce sont des lieux conviviaux où il est possible de se rencontrer et d’échanger, mais qui restent de véritables lieux de travail. Espace de co-working, « Fab-lab », incubateurs, voici les lieux de travail du monde connecté. Les entreprises traditionnelles modifient également leur organisation : après « l’open-space », apparaissent de nouveaux espaces de travail, ou le salarié n’a plus un bureau permanent, mais choisira son espace de travail en fonction du projet sur lequel il évolue, pour pouvoir collaborer avec ses collègues.

 

L’évolution des métiers par le digital

Voici un exemple de ce que l’économiste Joseph Schumpeter, spécialiste de l’impact de l’innovation sur l’économie, appelerait « la destruction créatrice » :

« L’an passé, PSA Montbéliard a fermé un atelier d’amortisseurs pour transférer la production à Vigo : 500 postes en moins d’un coup. De l’autre côté, le pôle des entreprises du numérique Numerica, créé en 2004, accueille 400 salariés… au bout de dix ans d’efforts. »

  • L’article complet : l’évolution des métiers face au numérique :

https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/l-evolution-des-metiers-face-au-numerique_1888530.html

  • Trois exemples de l’impact du digital sur les métiers :

https://www.usine-digitale.fr/editorial/trois-exemples-de-l-impact-du-numerique-sur-les-metiers.N264687

  • Métiers de demain : comment anticiper la vague technologique ?,17 novembre 2017, Bernard Gainnier

https://www.linkedin.com/pulse/m%C3%A9tiers-de-demain-comment-anticiper-la-vague-bernard-gainnier/?trackingId=xstESpEo%2B7im7oEaeUkjyQ%3D%3D

Les outils de travail collaboratif

Le travail à distance n’implique pas un travail solitaire et isolé : les outils collaboratifs permettent de se réunir, de travailler à plusieurs sur un même document, à enrichir le travail des autres, par ses commentaires, d’échanger par messagerie instantanée… Bref, c’est une autre forme de collaboration qui voit le jour.

Les principaux outils de visio-conférence restent Skype et Hangout (Google), mais Zoom est également un alternative intéressante (gratuit dans sa version de base). Il existe beaucoup d’autres solutions sur le marché…

Les outils collaboratifs pour le partage de documents

  • Framapad est une solution open-source avec des fonctionnalités qui restent limitées,
  • Google Drive et la suite bureautique (Doc, Sheet, Slide…) est gratuite et très performante. Se pose la question de l’utilisation des données que peut en faire Google,
  • Office 365 est la version de Microsoft. C’est une solution payante, mais Microsoft l’offre gratuitement à un public de plus en plus large…

Utiliser les outils de travail collaboratif

Rédiger, un article sur un des enjeux du numérique pour les organisations

supprimer les frontières des organisationsDiscutons des enjeux :

  • Travail à distance, à domicile et « free-lance » : jusqu’où peut-on aller ? L’exemple du site Fiverr : https://www.fiverr.com/
  • La digitalisation des organisations
  • L’impact de l’intelligence artificielle sur les métiers

 

Pour aller plus loin :

  • Infographie : la conduite du changement et les outils digitaux

https://comin.madmagz.news/infographie-conduite-du-changement-les-outils-digitaux-accelerateurs-de/

  • L’Armée de l’Air fait sa campagne de recrutement avec une BD numérique

https://www.presse-citron.net/larmee-de-lair-fait-sa-campagne-de-recrutement-avec-une-bd-numerique/?utm_content=buffer3d0d6&utm_medium=social&utm_source=linkedin.com&utm_campaign=buffer

3 Economie du partage et ubérisation

3 Economie du partage et ubérisation

L’ économie du partage : « peer to peer »

Internet est le vecteur de nouvelles valeurs fondées sur les interactions sociales en dehors de tout système économique traditionnel. C’est un nouvel état d’esprit basé sur la collaboration. Voilà ce qu’est l’économie du partage.

C’est ainsi qu’ont été créés :

  • Wikipédia, l’encyclopédie en ligne, rédigée par des milliers « volontaires »,
  • les logiciels « open-sources », issus de la collaboration entre informaticiens, qui partagent les évolutions qu’ils réalisent sur les logiciels. Par exemple, le logiciel open-source « WordPress » est le plus utilisé au monde pour créer un site web. Tout un « éco-système » voit ensuite le jour autour de ces technologies.
  • ou d’autres projets, comme le MOOC Gestion de Projet, qui est co-construit, et co-animé par une équipe d’une 50aine de bénévoles, et a permis de former plus de 130 000 participants à la gestion de projet depuis son lancement en 2013.

A l’opposé, de nouvelles relations sociales négatives sont aussi à déplorer :  harcèlement sur les réseaux sociaux, dépendance au  numérique… Des chercheurs ont ainsi montré que les réseaux sociaux avaient un impact négatif sur l’estime de soi. Face aux moments « formidables » de la vie des autres exposé sur les réseaux, les adolescents, notamment, peuvent se sentir dévalorisés.

L’économie collaborative

L’économie collaborative consiste à consommer des biens et des services dans un processus commun, entre particuliers, sans l’intermédiation d’acteurs économiques traditionnels (remplacés par la plateforme web) : partage, échange, troc entre particuliers, qui ont pu entrer ne contacte grâce à internet.

C’est une économie qui crée une valeur importante :

  • valeur économiques qui échappe d’ailleurs souvent à l’impôt,
  • valeur sociale puisqu’il permet la rencontre d’individus autours d’intérêts communs,
  • et valeur sociétale, puisqu’un site comme « le bon coin » permet de recycler des produits qui auraient peut-être finis la à benne sans cela.

Le fer de lance de cette économie collaborative est probablement l’entreprise Uber, créé en 1995 aux Etats-Unis. Mettant en relation des chauffeurs privés et des particuliers souhaitant se déplacer, Uber réorganise le marché des taxis, remet en cause les relations salariales traditionnelles, et contourne les réglementations. Fortement critiquée, l’entreprise donne son nom au phénomène d’Ubérisation.

Il existe 3 formes d’économie collaborative :

  • « Product service system » : le bien se transforme en service comme par exemple la location entre particuliers au lieu de d’acheter le bien. Cela est issu d’une volonté de consommer différemment et pour des considérations économiques. C’est aussi lié à la prise de conscience écologique avec les phénomères sociologiques de frugalité et de décroissance.
  • Système de redistribution qui organise le transfert de propriété comme par exemple les enchères sur ebay. Il peut s’agir du recyclage des biens de consommation dont on n’a plus l’usage, de dons.
  • Styles de vie collaboratifs : lieux de co-working, co-voiturage…

L’appel à la « foule » :

  • Crowdsourcing : mise en commun des compétences : ex : wikipédia
  • Crowdfunding : financement participatif. Il permet de financer des projets directement par les particuliers sans intermédiation d’une banque. Il implique un grand nombre de personnes investissant chacun un petit montant.

Qu’est-ce que le financement participatif

https://www.kisskissbankbank.com/fr/pages/faq/basics

Investir avec le Crowd-funding (financement participatif)

https://fr.ulule.com/

https://www.indiegogo.com/fr

  • Don
  • Récompense : contrepartie
  • Equity : part de l’entreprise
  • Prêt : prêt social entre particulier sans intérmédiation bancaire.

 

économie du partageDiscutons des Enjeux

  • La désintermédiarisation et « l’ubérisation »
  • L’open-source et la gratuité, le droit d’auteur sur internet
  • La place de l’Etat, les place des entreprises traditionnelles dans la nouvelle économie

 

 

Aller plus loin

Quelques exemples de plateformes collaboratives

https://www.toutsurmesfinances.com/argent/a/top-des-sites-collaboratifs-covoiturage-location-cuisine-services

  • Obligations fiscales, service-public.fr, février 2017

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11375

  • Prêts entre particuliers, gare aux escroqueries, Que choisir, 2016

https://www.quechoisir.org/actualite-prets-entre-particuliers-les-escroqueries-se-multiplient-n9363/

4 L’information sur internet

4 L’information sur internet

L’information sur internet est présente dans de multiples formes : articles, posts sur les réseaux sociaux, e-mails, textes, images, vidéos… Mais aussi les traces de sites consultés, de temps passé sur les pages, de comportements de surf, qui sont conservés et analysés. Les données de l’historique de surf est le « tracking » réalisé grâce à des « cookies », programmes chargés par votre ordinateur, enregistrant et renvoyant ces informations. L’analyse est ensuite réalisée à partir d’outils « d’analytics ». Quand le volume d’information à traiter est très important, c’est le « Big Data ».

La vidéo, le média qui a le vent en poupe sur le net

Le développement de réseaux de plus en plus puissants (Fibre et 4G) conduit au développement du média vidéo, plus accessible, plus convivial qu’un texte.

Youtube et l'information sur internet

Dans ce secteur, YouTube est l’acteur prédominant.

Youtube étant une filiale du groupe Alphabet, maison mère de Google, cela confirme encore l’hégémonie du moteur de recherche comme acteur central du net.

En France 90% des recherches sont réalisées sur le site de Google. Avec Google Maps, Google Drive, et Androïd, Google sait tout de nous… ou presque !

 

influence des moteurs de recherche sur l'informationDiscutons des Enjeux

  • Le référencement sur le moteur de recherche Google
  • Opportunités et menaces des réseaux sociaux
  • Comment valoriser sa sa « e-reputation » personnelle  et celle de son organisation ?

 

Application

  • Publiez votre article sur le site web, en respectant les grands principes du référencement
  • Sur quels réseaux sociaux pourriez-vous le partager ?

 

Aller plus loin :

  • Tout savoir sur  Youtube,

https://www.youtube.com/intl/fr/yt/about/press/

  • La confiance en l’information publiée sur internet

 http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/03/24/sur-les-reseaux-on-fait-davantage-confiance-a-la-personne-qui-partage-qu-a-la-source-de-l-information_5100532_4832693.html#Pk4qIwXe3hG8mVLd.99

6 La révolution numérique en synthèse…

6 La révolution numérique en synthèse…

Révolution, le terme est fort !

Bouleversement, changement fondamental, métamorphose ou chaos ?

Si l’on parle aujourd’hui de « révolution numérique », c’est que nous assistons aujourd’hui à la naissance d’une nouvelle société fondées sur :

  • le développement d’Internet et des multiples dispositifs qui y sont connectés (ordinateurs, tablettes, téléphones…),
  • la diffusion de l’information en temps réel et à grande échelle,
  • de nouveaux moyens d’échange sur les plates-formes collaboratives et les réseaux sociaux.

L’information est numérisée et accessible à tous. Il est possible d’être relié les uns aux autres en permanence, quelque soit le lieu. L’innovation technologique s’accélère et propose de nouveaux modes de communication, de consommation et d’organisation du travail… Voilà pourquoi il s’agit d’une véritable révolution.

La révolutionLa démocratisation de l’accès à l’information

Si certaines informations étaient destinées auparavant un cercle restreint, en quelque sorte à une élite, ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque chacun peut à la fois accéder à l’information mais également la publier. Le pouvoir lié à l’information serait donc redistribué au plus grand nombre et non plus centralisé. Pourtant de nouvelles problématiques liées à la gestion de cette information trop abondante apparaissent : Fake News, harcèlement, manipulation de l’opinion publique…

 

L’économie collaborative

Internet permet la mise en relation de « foules »  (ou « crowd » en anglais), autour de centres d’intérêt communs. Il est possible via Internet d’échanger en direct avec ses pairs des biens et des services, sans avoir recours à un intermédiaire (Blabla car ou Le bon coin). La foule joue aussi le rôle d’investisseur financier dans le cas du « crowdfunding », chacun investissant une somme modeste, pour finalement lever des montants de capitaux importants. Ce nouveau mode de financement permettant à des « start-up », à des associations ou à des artistes de ne pas recourir à une banque traditionnelle. De nouvelles collaborations naissent autour d’enjeux de société comme l’écologie, l’éducation ou certains loisirs…

La nouvelle économie.

Un nouveau modèle d’entreprise est apparu avec le développement d’Internet : les start-up, entreprise de technologie destinées à grandir très vite, avec pour objectif de devenir le leader mondial de leur marché. La logique économique sur internet est « The winner takes all » (le gagnant prend tout). C’est ainsi que nous sommes aujourd’hui cernés par les « GAFA ». Cet acronyme fait référence aux géants de l’Internet comme Google, Apple, Facebook et Amazon. Et il existe d’autre géants chinois, comme Alibaba pour le ecommerce. Les acteurs économiques traditionnels se retrouvent contraints d’évoluer ou de disparaître. D’anciens métiers tombent en désuétude  et l’innovation réclame de nouvelles compétences toujours plus pointues. Apparaissent de nouveaux métiers, comme les spécialistes « Big Data », ces statisticiens payés aujourd’hui à prix d’or. Car tout l’enjeu de la « Data » (donnée) est d’alimenter des systèmes d’Intelligence Artificielle, des algorithmes capables d’apprendre, d’anticiper nos comportement, et de réaliser certaines activités en lieu et place des humains.

La science fiction est peut-être à notre porte…